Pierre Jeanneret, l'oeuvre de Chandigarh

Chandigarh, une histoire de famille…

En 1947, suite à la partition de l’Inde, l’Etat du Penjab, situé au Nord du pays, est divisé entre le Pakistan et l’Inde. Lahore, l’ex capitale du Penjab, étant devenue pakistanaise, le premier ministre Nehru décide la construction d’une « ville nouvelle, symbole de la liberté de l’Inde libérée des traditions et du passé… qui soit une expression de la confiance de la Nation en son avenir ». C’est ainsi que naît la ville de Chandigarh située sur un haut plateau dominé par la chaîne himalayenne. Pour se faire, Nehru fait appel aux cousins Jeanneret, Charles Edouard Jeanneret dit Le Corbusier et Pierre Jeanneret, et leur confie l’ambitieux mais fantastique projet.

Il s’agit certainement du plus beau projet que l’on puisse confier à un architecte ; pouvoir présenter son œuvre et toute son idéologie au sein d’une ville toute entière. En effet, c’est inédit et incroyable au XXe siècle que le projet de construction totale d’une ville, du projet d’urbanisme jusqu’à la décoration d’habitation intérieur. Nehru, en leur confiant la construction de cette ville nouvelle, permet à Le Corbusier et Pierre Jeanneret d’apposer leur signature architectural et artistique montrant ainsi au monde entier leur véritable talent, résolument complémentaire.

Pierre Jeanneret s’ouvre à un nouveau projet avec la ville de Chandigarh, il ne se cantonne pas qu’à réaliser les bâtiments de cette nouvelle ville, il va élargir sa vision de l’architecture en réalisant des meubles aux lignes pures et harmonieuses mais surtout d’une grande solidité dont l’objectif étant d’être à la fois esthétique et fonctionnel. Il va ainsi concevoir l’ensemble du mobilier d’Etat : allant de la table aux chaises, bureaux, bancs en passant par les fauteuils de juge aux bibliothèques. Pierre Jeanneret n’oublie pas pour autant de retranscrire dans son mobilier la tradition locale. Ainsi il utilise les essences de bois local, le cannage et instaure des formes non linéaire tout comme les bâtiments de la ville qui reflètent souvent des ondulations et des arêtes arrondies.

Le design de ces meubles est résolument moderne pour l’époque et c’est un nouveau concept d’art de vivre que Pierre Jeanneret et son cousin Le Corbusier apportent avec la construction de la ville de Chandigarh. On remarque qu’aujourd’hui le milieu de l’architecture et du design s’inspire encore grandement de leurs réalisations. Leur concept du mieux vivre ensemble, de la fonctionnalité du mobilier qui facilite la vie de chacun, de l’utilisation de matière brute sans artifice est plus que d’actualité.

Malheureusement, à la fin du XXe siècle, les habitants de Chandigarh décident de modifier leur environnement pour le rendre plus « moderne » et s’ensuit une incroyable purge du mobilier de Pierre Jeanneret qui se retrouve dans les monticules d’ordures de la ville.

Par chance, des amoureux du design et du travail des visionnaires cousins Pierre Jeanneret et Le Corbusier, partent en Inde afin de retrouver et sauver ce patrimoine en voie de disparition. C’est ainsi qu’il y a 10 ans, Adrien Denoyelle Antiquaire de génération en génération, part à la découverte de cette fabuleuse ville où il réussit à retrouver et rapatrier, en relativement bon état, des pièces du magnifique travail de Pierre Jeanneret.

Certainement par prise de conscience du trésor qu’ils avaient entre les mains, en 2017 est inauguré le musé Pierre Jeanneret au sein de la maison où il a vécu de 1950 à 1965 à Chandigarh. Une magnifique collection de ses œuvres repartie dans ce bel écrin que ces deux cousins ont offert à l’Inde mais surtout au monde l’architecture et de l’Art.